LE DOMAINE

Préserver la
richesse du terroir
des Alpilles

UNE TERRE D'ÉMOTIONS

Mes Alpilles

Vous l’aurez compris, je suis né aqui... à Saint-Rémy-de-Provence. Et comme n’importe qui, je suis fier de mes origines. J’aime ma Terre. Alors quoi de plus normal, que d’essayer de la préserver, du mieux que je peux ? C’est donc au quotidien, de la vigne au vin, que j’essaie de lui rendre hommage. Mon obsession est de façonner des vins vivants et authentiques, à l’image du terroir des Alpilles.

Pour moi, l'essentiel
se passe dans les vignes

Ici, tout est mis en oeuvre pour obtenir des raisins de qualité et sains avec des maturités optimales. Un vrai travail d’orfèvre est alors effectué dans les vignes.
Tout commence l’hiver avec la taille. Au domaine, je pratique avec mon équipe une taille dite douce à la manière « Simonit et Sirch ». En effet, je travaille en étroite collaboration avec cette société spécialisée dans le conseil sur la partie végétative de la vigne . L’objectif de cette taille est de réguler la production et de pérenniser le vignoble.

LE VÉGÉTAL

biodynamie fonchene domaine
Les vignes sont bien équilibrées avec des espacements entre chaque grappes pour qu’elles puissent mûrir correctement. Chacun de mes cépages bénéficie de son propre système de conduite afin qu’il puisse exprimer au mieux ses caractéristiques. Le Mourvèdre en gobelet palissé, la syrah en cordon de royat et le cabernet sauvignon en guyot double.
Aucun désherbant n’entre sur les parcelles du domaine. je veux garder la notion de terroir dans les vins.
Le printemps venu, un autre travail de minutie commence dans les vignes : l'ébourgeonnage. En sélectionnant les rameaux porteurs, on va aider la vigne à nous donner des raisins de grande qualité. Cette tâche permet également d’éviter les entassements et donc les problèmes de maladies. Comme il y a moins de végétation, les doses de traitements sont divisées par deux ou trois. Ce travail permet aussi d'éviter des écarts de maturités trop importants au sein d’une parcelle. L’objectif étant d’obtenir des jus de raisins équilibrés.

Pour moi, la biodynamie est une vraie réflexion autour de la plante

et de son fonctionnement. Il faut prendre le temps d’observer la nature pour mieux la comprendre et la guider. En 2014, légèrement perplexe quant à la véritable efficacité de la biodynamie, j’ai fait un essai sur une parcelle de 2 ha avec une partie en bio et l’autre en biodynamie. Le résultat était évident : pour les parcelles travaillées en biodynamie le sol était plus vivant avec une biodiversité plus importante et le végétal plus verdoyant. Dès lors, la biodynamie me semblait être une évidence.

LA FORCE DU VIVANT

Mes préparations sont naturelles, à partir de bouse de vache (Préparation 500), de quartz broyé (501), de tisanes de prêles, d’orties, de camomilles, d’huiles essentiels de citron, d’extrait de valériane... Chacune de ces préparations ont leur spécificité et sont utilisées au moment opportun.
La biodynamie rend les sols vivants ! Coccinelles, abeilles, vers de terre m’accompagnent lors de mon travail dans les vignes. C’est aussi avec cette philosophie que j’utilise le calendrier lunaire à la vigne comme en cave : plantation en jour racine, mise en bouteille et soutirage en jour fruit.

Retranscrire l’expression
du terroir dans mes vins

tout en préservant un équilibre gustatif entre intensité et raffinement, entre profondeur et délicatesse... Là, réside tout l’enjeu des vinifications et de l’élevage ! Si l’essentiel du travail se situe dans les vignes, c’est bien en cave que la magie opère. Au domaine Fontchêne, nous laissons libre cours à la nature, pas au hasard ! L’ensemble du processus est optimisé afin de préserver l’expression du fruit originel.

LA CAVE

La vendange est manuelle, et se fait en caisse pour ne pas écraser les raisins. Tous les cépages et les parcelles sont vinifiés séparément ce qui permet de bien différencier les terroirs et la qualité de chaque cépage. Les vinifications se font en cuves inox pour la gamme Léon (blanc, rosé, rouge). La vinification du blanc de la gamme Aupiho se fait en barrique dont seulement 10 % de barriques neuves. Le but étant d’impacter au minimum le profil naturel du vin. Après la fermentation alcoolique, j’effectue des bâtonnages. Ce travail permet d’apporter du gras et de la complexité aromatique par un travail méticuleux sur lies fines.
L’ élevage pour le Rosé et le blanc de la cuvée Léon durent 6 mois et 12 mois en barrique pour le blanc de la cuvée Aupiho. Nos cuvées sont le fruit d’un véritable travail d’artisan. On essaie de maîtriser au maximum chacune des étapes du processus. De la terre au flacon, aucun compromis n’est fait.
L’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
Vous devez avoir atteint l’âge légal fixé par la loi de votre pays de résidence pour la consommation d’alcool pour consulter ce site.
linkedin facebook pinterest youtube rss twitter instagram facebook-blank rss-blank linkedin-blank pinterest youtube twitter instagram